9 minutes de lecture

AFK - 13/11/2023

AFK - 13/11/2023
💡
Salut vous !

Comme je l’avais dit en live la semaine prochaine (j’en dis des choses durant mes lives dĂ©cidĂ©ment, il faudrait m’y suivre en cliquant ici si ce n’est pas dĂ©jĂ  fait 👀), chaque AFK peut ĂȘtre la derniĂšre avant une pause Ă  durĂ©e plus ou moins indĂ©terminĂ©e ! La raison Ă©tant toute simple : je peux ĂȘtre papa Ă  tout moment ! Bien sĂ»r, si ça devait ĂȘtre le cas, je vous enverrai un petit message pour vous prĂ©venir 😄.

Bonne lecture !
💡
Rendez-vous le mardi 14/11 à 10h pour faire le débrief d'AFK sur ma chaßne Twitch.

ACTUS

(La mise en page des actus est un peu succincte, je n'ai pas eu le temps d'en trouver une qui me satisfait, désolé !)

FOCUS

🔋
Cette semaine, je vous emmĂšne dans le merveilleux monde des accessoires les plus farfelus qui ont Ă©tĂ© fabriquĂ©s pour la Game Boy, l’iconique console portable de Nintendo sorti en 1989.

Le BarCode Boy :

Comme vous l’avez probablement devinĂ© au titre, le premier accessoire dont nous allons parler est un lecteur de codes-barres. Exclusif au japon, comme beaucoup d’accessoires de la console au passage, le BarCode Boy ne fonctionnait qu’avec deux jeux seulement : “Battle Space” et “Monster Maker: Barcode Saga”. Monster Maker Ă©tait un RPG, et permettait notamment de gĂ©nĂ©rer des personnages aux statistiques basĂ©es sur le code-barres que l’on venait de scanner, c’est pourquoi les joueurs‱ses Ă©taient poussé‹es Ă  scanner un maximum de codes pour dĂ©nicher le meilleur personnage possible.

Cet objet n’est pas une crĂ©ation de chez Nintendo mĂȘme mais de Namco, en partenariat avec Sofel, d’oĂč peut-ĂȘtre le trĂšs faible nombre de jeux compatibles.

Le Work Boy :

Et si vous pouviez transformer votre Game Boy en PDA ? Ok, d’accord, j’ai perdu la plupart d’entre vous, lĂ . Un PDA, ou Personal Digital Assistant, Ă©tait une sorte de micro ordinateur portable dans les annĂ©es 90-2000, permettant d’avoir accĂšs Ă  des applications simples comme un carnet d’adresses ou un agenda par exemple (l’ancĂȘtre du smartphone en somme). Et bien un accessoire permettant Ă  la Game Boy d’en ĂȘtre un a vu le jour en 1992
 ou du moins en thĂ©orie. Dans les faits, l’objet n’a jamais dĂ©passĂ© le stade de prototype. Issu d’un partenariat avec Fabtek, l’accessoire Ă©tait constituĂ© d’un clavier permettant de soutenir la console en mode vertical, et d’une cartouche contenant tout un tas d’applications tel qu’un carnet d’adresse, une calculatrice, des outils de conversion (tempĂ©rature, longueur, poids, etc
) et mĂȘme un mini traducteur.

Comme je le disais, le projet n’ira malheureusement pas plus loin que le prototype Ă©tant donnĂ© son coĂ»t de fabrication trop Ă©levĂ© qui rendait son prix plus haut que celui de la Game Boy seule.

Le Singer Izek :

Toujours plus improbable : et si je vous disais que vous pouviez utiliser votre Game Boy Color comme machine Ă  coudre ? Bon, j’avoue, lĂ  j’exagĂšre un petit peu. La Singer Izek Ă©tait une machine Ă  coudre de Singer crĂ©Ă©e en partenariat avec Nintendo, qui Ă©tait livrĂ©e avec la console et une cartouche pour celle-ci, en 2000. GrĂące Ă  elle, vous pouviez envoyer Ă  la machine Ă  coudre des patterns de couture (ligne droite, zig-zag, etc
), mais aussi des lettres ou des motifs personnalisĂ©s que vous aurez crĂ©Ă©s au prĂ©alable sur la console.

Le Booster Boy / Handy Boy :

Rendre la Game Boy plus imposante, c’est Ă  croire que c’est le dĂ©fi que se sont lancĂ© les fabricants des deux prochains accessoires que je vais vous prĂ©senter. Le Booster Boy et le Handy Boy sont deux espĂšces de super-armures pour la Game Boy remplis d’élĂ©ments censĂ©s amĂ©liorer l’expĂ©rience de jeu.

Concernant le Booster Boy, il fallait placer sa console Ă  l’intĂ©rieur. Une fois cela fait, on pouvait y jouer grĂące aux boutons proĂ©minents et au joystick, tout en bĂ©nĂ©ficiant d’un son stĂ©rĂ©o grĂące aux micro-enceintes de part et d’autres de l’engin, et d’une loupe munie d’une lumiĂšre que l’on pouvait rabattre ou non, ce qui palliait au manque de rĂ©troĂ©clairage de la console. En plus de tout cela, vous pouviez ranger des Ă©couteurs dans la petite cache sur le cĂŽtĂ©, et jusqu’à deux cartouches de jeux dans celle de derriĂšre.

Le Handy Boy possĂ©dait Ă  peu prĂšs les mĂȘmes caractĂ©ristiques, mais avait pour lui son cĂŽtĂ© modulable en plus : vous aviez le choix d’ajouter ou non les “sur-boutons” et le joystick, et les volets des enceintes Ă©taient ajustables.

Game Boy Pocket Sonar :

Encore une fois exclusif au Japon, cet accessoire se voulait ĂȘtre l’ami idĂ©al des pĂȘcheurs. Sorti en 1998, le Pocket Sonar Ă©tait constituĂ© du fameux sonar, d’une cartouche, d’un sac en plastique permettant de protĂ©ger la console des Ă©claboussures d’eau et de la porter autour du coup, et d’un systĂšme de rangement, notamment pour replier le long fil. Le principe Ă©tait simple : vous insĂ©riez l’imposante cartouche dans votre Game Boy, vous y branchiez le sonar, vous balanciez celui-ci Ă  l’eau et voilĂ  ! Sur votre Ă©cran de Game Boy Ă©tait indiquĂ© ce que le sonar remontait comme informations : prĂ©sence de poisson, profondeur du sol, topologie de celui-ci, etc


Mais le vrai plus, c’est que la cartouche contenait en plus de l’application de sonar une encyclopĂ©die de poissons, permettant ainsi de chercher selon certains critĂšres : nom, eau douce/eau salĂ©e, et mĂȘme silhouette.

Enfin, durant les moments d’attente entre deux prises, vous pouviez jouer Ă  un mini-jeu
 de pĂȘche, qui avait au moins le mĂ©rite d’exister.

GlucoBoy/PediSedate :

Pour terminer, on va se pencher sur le monde médical.

Tout d’abord, le PediSedate. C’est un casque reliĂ© Ă  une Game Boy, que l’on plaçait sur la tĂȘte d’un enfant et qui diffusait un gaz pour l’endormir pendant que celui-ci jouait. Je comprends le cĂŽtĂ© doux de la mĂ©thode, l’enfant Ă©tant emportĂ© pendant une activitĂ© agrĂ©able, mais je ne peux pas m’empĂȘcher de me demander le rĂ©el intĂ©rĂȘt de la chose d’une part (pour avoir dĂ©jĂ  subi une anesthĂ©sie gĂ©nĂ©rale, on n’a pas trop le temps de lancer une partie de quoi que ce soit !), et surtout, en quoi le fait de le relier Ă  la Game Boy change quelque chose ? Est ce que le gaz est reliĂ© au nombre de piĂšces rĂ©cupĂ©rĂ©es dans Super Mario Land ? Au nombre de lignes faites dans Tetris ?

Et pour terminer, le GlucoBoy, un appareil destinĂ© aux diabĂ©tiques. PensĂ© par Paul Wessel, un papa frustrĂ© que son fils diabĂ©tique Ă©gare en permanence son appareil de contrĂŽle, ce gadget pour la Game Boy Advance a Ă©tĂ© proposĂ© Ă  Nintendo qui, aprĂšs une certaine hĂ©sitation (les cas de diabĂštes sont beaucoup plus rare au Japon qu’aux USA) a dĂ©cidĂ© de valider le projet. Wessel, grĂące Ă  un investisseur australien, a pu sortir le GlucoBoy, mais en Australie uniquement, au prix de 300$ en 2007, soit en fin de vie de la Game Boy Advance. L’objet-cartouche contenait plusieurs mini-jeux, dont le principe gĂ©nĂ©ralement Ă©tait de faire en sorte que l’enfant teste son taux de sucre dans le sang rĂ©guliĂšrement, et soit rĂ©compensĂ© dans le jeu.

BONUS

Il y a 20 ans, en novembre 1993, sortait Aladdin sur Mega Drive. TirĂ© du dessin animĂ© sorti au cinĂ©ma l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente, le jeu nous refait vivre l’aventure d’Aladdin Ă  travers plusieurs niveaux comme Agrabah, la caverne aux merveilles ou le palais. Il pourra frapper au corps Ă  corps, ou bien lancer des pommes pour atteindre ses ennemis Ă  distance.

ConsidĂ©rĂ© comme l’un des meilleurs jeux de la Mega Drive, il a Ă©tĂ© dĂ©clinĂ© sur d’autres supports comme la NES et la SNES, la Game Boy (normale et Advance), la Master System, ou encore l’Amiga et les ordinateurs DOS.

Trivias :


đŸ”č À deux endroits vous pouvez trouver des oreilles de Mickey : dans le niveau du dĂ©sert (oĂč vous pouvez d’ailleurs gagner une vie si Aladdin se place parfaitement en dessous), et aussi dans la prison du palais, sur l’un des squelettes (d’ailleurs dans ce niveau est clouĂ© au mur un SĂ©bastien de la Petite SirĂšne, le pauvre).

đŸ”č On peut voir des Mega Drive en arriĂšre plan en bas du niveau “À l’intĂ©rieur de la lampe”


Vous connaissez sĂ»rement le 1er opening (= gĂ©nĂ©rique d’intro) de l’anime l’Attaque des Titans, qui a participĂ© au succĂšs de la sĂ©rie. Mais saviez-vous qui est derriĂšre cette chanson ? Un auteur, compositeur et interprĂšte japonais nommĂ© Revo. Mais il faut savoir que notre homme avait aussi fait de la musique de jeu vidĂ©o ? On lui doit l’OST des deux Bravely Default, RPG Ă  l’ancienne mais bourrĂ© de bonnes idĂ©es dĂ©veloppĂ©s par Silicon Studios pour le 1er et par Claytechworks pour le 2Ăšme et tous deux Ă©ditĂ©s par Square Enix sur Nintendo 3DS en 2012, et sur Switch en 2021.

Une fois que vous vous serez dĂ©lectĂ© de l’OST de ce premier opus, je ne peux que vous suggĂ©rer de vous jeter sur l’incroyable concert qui en a Ă©tĂ© fait en 2012, mĂȘlant groupe de rock et orchestre.

Morceaux prĂ©fĂ©rĂ©s : LĂ , non, je ne peux pas choisir, car il n’y a rien Ă  jeter.

Et voilà, votre concentré de jeu vidéo de la semaine est déjà terminé !

💡
Rendez-vous le mardi 14/11 à 10h pour faire le débrief d'AFK sur ma chaßne Twitch.

N’hĂ©sitez pas Ă  laisser un commentaire, que ce soit par Twitter/X, BlueSky ou le Discord, si vous souhaitez rebondir sur un Ă©lĂ©ment, corriger une coquille, ou tout simplement me dire ce que vous en avez pensĂ©.

Et bien sĂ»r, je compte sur vous pour le partager un maximum sur les rĂ©seaux afin qu’un maximum de gens puissent bĂ©nĂ©ficier de ce travail de grande qualitĂ© 😏!

En attendant la prochaine Ă©dition, vous pouvez me suivre sur Twitter/X, BlueSky et sur Twitch !

Merci Ă  Tita pour la relecture et les (encore trop) nombreuses corrections !

Partager l'article :